Skip to main content

Mon deuxième et dernier Gypaète

Le tracé du parcours avec mes stats.
 http://www.movescount.com/moves/move108404784

 Tout avait bien commencé. Départ 9h00 du Chinaillon dans la brume fraiche.


Arrivée sur les crêtes au niveau de l'aiguille verte. Ambiance "Seigneurs des Anneaux", brume qui cache une partie des sommets.





Puis super glissades sur la neige, en proportions inédites pour un mois de juin.





Puis petite descente et remontée sur la pointe d'Andey (35 minutes, même pas fatigué).




Pour une fois la descente est presque confort, rapide et fluide. Un peu de gadoue juska Brison mais rien de catastrophique.

Aprés ça se gâte. Gros orage de 2 heures entre Brison et Mont Saxonnex. Les chemins se tranforment en ruisseaux. Mais jusque là, mes Merrell Bare Access Trail font le job admirablement. Superbe accroche, très bon ground feel, bonne flexibilité, on sent tous les reliefs sans être géné ni être obligé de ralentir.

Puis à la montée au lac Bénit, ça glisse tellement qu'il faut couper à la verticale dans la mousse le chemin déjà très raide mais en zig-zag. La boue fait reculer!!!

Au lac Bénit, les bénévoles sont super sympas. Ils nous préviennent que c'est assez glissant dans la descente. Je m'en fous car cette année je ne suis pas en sandales, j'ai le top de la chaussure de trail, des bâtons et des gants. Donc je devrais mettre une heure ou un peu plus.

Bilan, 2h10 de cauchemar intégral dans une boue gluante et visqueuse ingérable. Des zones en dévers où les pieds glissent vesr la pente à droite et où il faut planter les bâtons pour bloquer les chaussures pour ne pas partir dans le fossé. A un tel point que la zone marquée "zone dangereuse" parait dérisoirement facile à côté de tout le reste. Une blague.

Arrivée libératrice, PW (personal worst) battu. Un peu mal au dos, à la hanche et au pubis mais sans plus. Une nouvelle douleur à l'extérieur du genou droit. A investiguer.





    
























Le lendemain, prélavage de toutes les affaires dans la baignoire, torrents marrons, y compris venant de l'intérieur des chaussettes, puis lessive classique en machine.

Bilan très positif.
  1. Ca passe au niveau physique, sans gêne majeure ni courbatures le lendemain, et à un rythme compatible avec la CCC, Le lundi, moins de douleurs de dos, de hanche et de pubis qu'avant le trail. Seules quelques courbatures dans les bras à cause des bâtons.
  2. Les Merrell Bare Access Trail sont des chaussures magnifiques. Elles ont passé superbement leur premier test de trail long. Un touché de sol presque comme en Huaraches. Flexibilité et confort impec. Sûrement les bonnes chaussures pour la CCC.
  3. Je suis le dernier de ma catégorie (V2H) mais au scratch, il y a 8 filles et 14 garçons derrière mois et 10 abandons ou non classés. Donc j'ai "largement" 10% de la course derrière moi (201 sur 233 au départ).




Comments

Popular posts from this blog

Marathon de Genève en mode Yoga, Auto-massage et Tchatche

Départ sans pression, avec pour seul objectif un test des chaussettes FYF. FreeyouFeet, The Swiss Barefoot Company.

They claim that you can run in them. You will see at the end that they have a quite limited view of what running is...



Le but de ce Marathon: Si elles lachent, je prends le bus.

Si je lache, je prends le bus.

Bref, no stress.

Mais si ça passe, c'est de bonne augure pour des courses plus longues, dont la CCC.

Vers 2h00 de course, le bassin bien bloqué. Alors je repère de la pelouse sur le côté et je fais qq Surya Namaskara. Et ça repart. Cela me permet de me faire dépasser par la sucette 4h30, ce qui était mon objectif: Surtout faire plus que 4h30 sinon il y avait un risque de casser ou bloquer qq chose d'encore branlant.




Vers 22 km, je cueille une fleur de lilas pour la humer. Avant de la bazarder, je décide de chercher une fille à qui l'offrir. C'est alors que je vois ces jeunes mariés japonais. Risa est ravie.






Puis je repars, et on rentre dans des chemi…

Fine tuning of my Huaraches

In March, I found a setting to tie my Huaraches and avoid the string rubbing!

I noticed that even though I have a neutral and silent stride and can run miles barefoot, I could not solve the issue of the rubbing of the string between my 1st and 2nd toe.
In fact, the blisters came after 5-8 k, and not between the toes, which would be a sign of overstriding, but BELOW the toes. Plus, I also made a terrible flapping sound when running.

So I checked my stride on video and found that I dorsiflex a lot, i.e. my toes are bent a lot upwards before landing. When I do that when still, I can clearly see the strings touching hard the skin far below the 1st and 2nd toe. OK so that explains the rubbing and the huge blisters in some cases.
Then, I checked on internet photos of sandals worn by the Tarahumaras. Shit, if these guys can run 100 miles in sandals, there must be a solution.
And in some photos I noticed that they wear their sandals with the string between the toes attached more forward that …

Marathon de Paris in Huaraches : Finally, I am a real runner !!!

Last Sunday, I ran the whole 42.2 km of the Marathon de Paris in Huaraches, the running sandals of the Tarahumara, the Mexican tribe of the best endurance Runners on Earth.
I ran it much much slower than any of them, but I think I enjoyed it just the same.

That is the Tarahumara Spirit : Running must not be painful, EVER !!!
So while you are having pleasure, why speed should be an issue. Think of another activity where you do not want to end it too soon !!!

I practiced running in sandals for 2 years, with the last 6 months of gradual increase in distance, running only in Huaraches.

Last month, I reached a volume of 3 times 10-12 km per week with some longer runs.

I now run with shoes only when the temperature is too cold and my second toes are becoming grey of ischemic freezing. or in mountain trails because I cannot run downhill, and then the string between the toes hurts.

Otherwise, I only run in sandals now, to build up real legs, calves and feet.

When running long distances in Hu…